Nos 10 destinations coups de coeur

Avant de repartir à l’aventure, nous avons tenté l’exercice de classer nos 10 destinations coups de cœur.

Précision : nous avons restreint ce classement aux voyages d’été réalisés à deux, en sac-à-dos (pas d’escapade de 4 jours donc).

N°10 : BOUCHES DE KOTOR (MONTÉNÉGRO)

C’est en scooter que nous décidons d’explorer pleinement ce fjord (ou plus exactement cette baie). Nous y découvrons pèle-mêle  Kotor avec son point de vue  à couper le souffle sur la baie depuis les fortifications, Herceg Novig où les plus courageux pourront apprécier  comme nous une excursion en kayak de mer, le petit village de pêcheur de Rose pour sa tranquillité, Prcanj et ses remparts à l’abandon, mais aussi (surtout !) les nombreux stops pour piquer une tête dans les eaux émeraudes de l’Adriatique. À seulement quelques heures de Paris, c’est la destination à ne pas rater.

N°9 : LE MONT BROMO (INDONESIE)

Tout avait pourtant mal commencé. Alors que la plupart des touristes optent pour un tour en 4×4 permettant, il est vrai, d’assister à un lever de soleil spectaculaire sur le volcan, nous avions opté pour une alternative certes moins photogénique mais plus conforme à nos attentes, à savoir, descendre de nuit dans la caldera, traverser la « mer de cendres » et assister depuis le bord du cratère au lever de soleil dans ce cadre magnifique. Seulement voilà, à compter du moment où l’on a refusé le fameux tour en jeep, notre côté de popularité auprès des différents guides a brutalement chuté et nous avons obtenu en guise d’orientation un vague « prendre chemin là bas » assortie d’une direction pour le moins approximative. C’est donc à la lumière d’une lampe de poche pour enfants (à manivelle…) que nous nous sommes lancés à 3h à la recherche du chemin. Après une demi-heure interminable à tâtonner dans le noir et à maudire le guide, le chemin finit par s’offrir à nous et quelques kilomètres plus tard, nous contemplions, presque seuls, les reliefs dentelés du mont Batok se teinter d’or et notre enthousiasme pour ce pays, que nous découvrions alors à peine, grandir par la même occasion. Une beauté naturelle incroyable et le sentiment de l’avoir un peu découvert tout seul (ce qui bien n’est bien évidemment pas le cas 🙂 ).

N°8 : LEON (NICARAGUA)

Pas la plus jolie des villes coloniales d’Amérique centrale mais son ambiance étudiante, son passé révolutionnaire et le charme de ses églises défraîchies nous ont séduit. A une volée des plages du Pacifique, Léon est également ceinturée à l’est par une chaîne volcanique qui a vu éclore il y a moins de 200 ans un nouveau membre.  Cône de cendre noire se détachant sur la plaine verte, le cerro negro est probablement l’un des rares volcans au monde que l’on peut dévaler sur un surf. Une expérience décalée.

N°7 : LITLLE CORN ISLAND (NICARAGUA)

Petit paradis créole au large de la côte Caraïbes, Little Corn Island n’est ralliée que depuis la mer à sa grande sœur (opportunément baptisée Big Corn Island). Si le trajet en lancha est souvent mouvementé, il est vite oublié une fois débarqué sur le sable de cette île ou l’on peut s’adonner au sport national local : rester tranquillo en toute situation. Tout l’environnement semble avoir épousé cette maxime : la jungle pénétrante se laisse facilement explorer, le sol se jonche d’un tapis de mousse si épais qu’on a l’impression d’y flotter et les homards viennent paisiblement s’assoupir dans les paniers laissés à cet effet. On y tolère même les 30 a 45 minutes nécessaires à servir le , pourtant pas compliqué, Gallo Pinto.
Tranquille : l’île est par ailleurs destinée à rester puisqu’elle constitue une plaque tournante de la Route de la cocaïne entre la Colombie et les USA. Dieu bénisse les Cartels !

N°6 : LE VOLCAN RINJANI (INDONESIE)

C’est vrai que c’est sale, très sale même, jonché de détritus par endroit. C’est vrai que le chemin est illogique et que certains dénivelés sont tuants.

C’est aussi vrai que 3 jours de nouilles et de riz ça fatigue, que les singes sont voleurs alors que c’est déjà cher de venir jusque-là.

C’est vrai qu’il y’a du monde et que les touristes locaux, malgré tout leur matériel technique, bouchent les chemins tant ils sont lents.

C’est vrai que c’est dur de se lever à 3h pour marcher, tout ça pour un lever de soleil qui aurait été aussi beau depuis la plaine.

C’est surement vrai que les porteurs se font exploiter, que les guides ne touchent presque rien et que tout cet argent doit revenir à quelqu’un d’autre bien loin.

Pour le reste, il suffit de regarder les photos (les notres ou celles de Google Images) pour se rendre compte pourquoi on a adoré passer 3 jours dans cette décharge à ciel ouvert.

N°5 : KAWAH IJEN (INDONESIE)

En 2010 l’accès au cratère était encore autorisé. On y descendait en 40minutes par un chemin étroit taillé a même la pente depuis la crête jusqu’ au cœur du gouffre.

Depuis les premières heures du jour (et surement même de nuit) un chapelet de porteurs s’égrène en procession jusqu’à une anfractuosité de la falaise d’où jaillit le précieux liquide, collecté brulant et à peine solidifié. Ces fameux « forçats du soufre » reprennent ensuite le même chemin, la mine déterminée, chargés de 50 à 80 kg supplémentaires, sous un soleil de plomb.

Outre la possibilité de s’immerger pendant quelques instants dans le quotidien de ces travailleurs (nous en avons rencontré un puis suivi pendant quelques heures en prenant mille précautions pour ne surtout pas gêner les travailleurs), c’est également la beauté du site qui fait que ce volcan s’est facilement fait une place de choix dans notre classement. Un cratère à la ligne presque parfaite, un lac aux eaux azures qui se nappent de safran lorsque le soufre remonte, bouillonnant, à la surface. Et malgré tout, une expérience difficile : la descente dans le cratère sur un chemin vertigineux (plusieurs touristes y ont laissé leur vie selon le Lonely Planet), les sauts de rocher en rocher au-dessus des eaux brulantes et acides et enfin la pénible remontée ou le vent a tourné pendant quelques instants, noyant le chemin dans une épaisse fumée jaune sortie des entrailles du cratère. Durant quelques minutes on n’y voit rien. Personne ne bouge. L’air est imprégné de soufre et l’on respire a peine. On imite les porteurs qui placent sur leur visage un baillon humide et reprenne leur marche. Un endroit, une souffrance et une odeur qui nous auront marqué.

N°4 : ISLA DEL SOL (BOLIVIE)

Frontière naturelle entre le Pérou et la Bolivie, le lac Titicaca, à 4000 mètres d’altitude offre un panorama à couper le souffle sur la cordillère andine. Sur la surface des eaux cobalt se reflètent les cimes blanches de la chaîne Illimani, fusion unique entre mer et terre et un rafraîchissement bienvenu pour les voyageurs après de longues semaines passées dans l’aridité des terres boliviennes ou péruviennes.

L’isla del sol est une petite île sur le côté bolivien du lac. On peut la parcourir en une journée mais nous avons préféré y prendre notre temps. Pas de routes, pas de voitures, pas d’électricité des la nuit tombée, une tranquillité hors du commun et un réel  plaisir après l’agitation de La Paz. Les Incas conféraient à ce petit bout de terre blanche perdu dans l’immensité bleue du lac des pouvoirs divins et y donc élevé des temples ça et là. La plupart sont encore debout et bordent des petites criques de sable blanc. On aurait presque envie de s’y baigner mais l’eau étant à 10° il ne faut pas exagérer !

N°3 : SNORKELING DANS LES ILES PERHENTIANS (MALAISIE)

Les îles Perhentians, sur la côté est de la Malaisie (golfe de Thaïlande) font partie des meilleurs sites pour apprécier les fonds marins en snorkeling. Les différents spots permettent de rencontrer de nombreuses espèces et d’admirer les multiples coraux (encore préservés). Des bateaux proposent des excursions à la journée pour vous y emmener, le tout pour seulement 30 Ringgits, soit moins de 8€.

En plongeant juste avec notre masque et notre tuba, nous avons pu nager avec les tortues, les raies et les requins !

N°2 : L’ARCHIPEL DE KOMODO (INDONESIE)

Après quelques jours sur un bateau bien rustique,  nous étions très impatients de découvrir enfin l’île de Komodo et ses varans.
Les somptueuses îles où nous nous sommes arrêtés pour admirer les fonds marins en snorkeling et les paysages du parc national nous ont bien mis en appétit. La suite ne nous a pas déçus. .

Après avoir dépassé les cuisines des rangers, nous partons à la chasse aux dragons de Komodo (ou plutôt l’inverse). Il faut marcher une bonne heure pour en trouver plusieurs, prés du sommet d’une colline. Ils nous guettent et nous observent. Nous nous approchons, tout en laissant un peu de distance, nous n’aimerions pas être le plat de résistance de ces varans longs de 2 à 3 mètres. Ils se déplacent lentement mais sûrement et sont apparemment de redoutables prédateurs, à la morsure potentiellement mortelle pour l’homme.

Nous serions bien restés plus longtemps à arpenter ces îles où vivent ces créatures hors du commun.

N°1 : LE SUD LIPEZ

Un lieu hors du temps qui justifie à lui seul le déplacement dans cette région isolée de l’altiplano bolivien.

Au Sud-Lipez, rien n’est vraiment ce qu’il semble être… les lapins ont des queues d’écureuils et se font appeler viscaches, chaque colline fait en réalité 6000 mètres de haut, les volcans sont frères et sœurs, l’immensité blanche du plus grand salar au monde recèle sous un paysage d’écran de veille des trésors énergétiques inexploités, les lagunes se parent de couleurs incroyables et dégagent leurs effluves toxiques sans pour autant déranger les colonies de flamands qui prennent la pose, l’extrême chaleur succède aux températures glaciales, des malédictions planent sur des villages désertés…

Et dans ces paysages de volcans, de steppes et de déserts, des troupeaux de vigognes hébétées croisent des escadrons de 4×4 aux couleurs vives conduites par des enfants.

Nous avons passé 4jours dans un de ces 4×4 et c’est sans trop d’hésitations que nous plaçons ces souvenirs à la plus haute marche de notre classement.

En prenant en compte nos autres voyages (en solo, avec la famille, etc.) on aurait également pu intégrer à ce top :

Arequipa (Pérou), Seymuc Champey et Tikal (Guatemala), Abou Simbel (Egypte), Canyon del Cobbre (Mexique), Cappadoce (Turquie), Parc du Chitwan (Nepal), San Francisco et New York (USA), Iles Lofoten (Norvège), les Météores et la plage d’Elafonissi (Grèce), Lisbonne (Portugal) et bien sur Marseille (France)

Anne-Cha & Clément

2 réflexions sur “Nos 10 destinations coups de coeur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s