De Anse Couleuvre à Grand Rivière

Nous débutons notre périple en Martinique par quelques jours dans la côte nord caraïbe et nous nous mesurons dès notre deuxième jour à la « célèbre » randonnée ralliant Grand Riviere à l’extrême nord de l’île depuis l’anse Couleuvre, environ 20km à l’ouest.

Levés très tôt le matin pour éviter les fortes chaleurs, nous débutons la marche depuis l’anse Ceron, à 20 minutes en contrebas de l’anse Couleuvre. Très vite, nous nous élevons au milieu d’une jungle dense qui laisse découvrir par intermittences la côte et ses superbes plages de sable noir. Nous nous enfonçons de plus en plus profondément dans cet enfer vert qui s’avère rapidement assez hostile avec sa végétation imposante : fromagers,  lianes, bambous, fougères, et ses nuées bourdonnantes d’insectes. Heureusement on n’y croisera pas la terreur locale : le redoutable serpent fer de lance, que Clément avait rencontré au Nicaragua ! Serpentant (justement) entre les pains de sucre, le paysage varie peu durant 4 bonnes heures et la chaleur devient suffocante.

A l’approche de Grand Riviere, le paysage s’assagit (herbes hautes, cannes à sucre), les alizés rafraîchissent l’air et nous sommes accueillis par un gigantesque bernard-lhermitte ! La ville en elle même n’a que peu d’intérêt. Balayée par les vents, on s’y sentira pourtant bien, sûrement en contraste avec les heures précédentes !

Le retour vers notre point de départ s’effectue en bateau, en 20 minutes (à comparer à nos 6h de marche !). Côté mer, on découvre sous une autre perspective les très beaux paysages traversés et l’on voit défiler un chapelet de plages, toutes plus belles les unes que les autres avant de finalement débarquer sur les eaux turquoises et la bande de sable gris de l’anse Couleuvre. On s’y reposera un peu, l’eau est agréable, le cadre splendide et le snorkeling intéressant. Seul hic, depuis notre premier passage à 6h du matin, la plage s’est bien remplie (cela reste quand même supportable 😉 ).

La veille nous avions débuté notre decouverte de la region par des visites culturelles. Au programme : Saint Pierre et ses ruines de l’éruption de 1902, le Carbet, sa plage et son filament de méduse qui coûtera un bras à Clément,  la distillerie de rhum Depaz et l’ambiance décontractée du Prêcheur. Nos premières impressions martiniquaises sont bonnes même si on a vite compris qu’il ne valait mieux pas stresser les locaux.. « Tranquille le chat » comme ils nous disent !


QUELQUES INFOS PRATIQUES 

  • Hébergements : Chez L’Agriculteur, au Prêcheur –> très sympa, gîte avec vue sur la mer, ventilo dans la chambre et petite cuisine (les restos sont chers), dommage qu’il n’y ait pas de moustiquaire.
  • La randonnée : Départ depuis le parking de l’Anse Couleuvre, puis 5-6 heures de marche (à un bon rythme) jusqu’à Grand Riviere. Partir tôt pour éviter la chaleur et prévoir pas mal d’eau et de quoi grignoter si besoin (on ne trouve rien sur le chemin et l’on a croisé personne en 5 heures). Pour le retour en bateau,  contacter Max ou Julien via l’office de tourisme (15e/pers).
  • Plages : Un coup de coeur pour l’Anse Couleuvre, la plus belle, et la plage du Precheur, moins belle mais peut être plus sympa.

Anne-Cha &Clément

4 réflexions sur “De Anse Couleuvre à Grand Rivière

  1. Bien sympa ce reportage. On retrouve bien l’ambiance stressante des Antilles, la fameuse anse couleuvre à ne pas rater et évidement quelques clichés sur la boisson locale !
    Continuez ainsi.

    J'aime

Répondre à Anse Couleuvre Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s