Les San Blas

Nous souhaitions initialement visiter les îles San Blas à l’occasion d’une ‘croisière’ en voilier qui nous aurait permis de rallier en cinq jours la Colombie depuis la Panamá. Seulement nous sommes tombés sur une stagiaire lors de la réservation du voyage et nous apprendrons la veille que le catamaran sur lequel nous devions embarquer est finalement complet. Nous décidons alors de se rabattre sur l’avion pour rejoindre la Colombie et optons pour une « simple » visite des îles sur 3 jours. Quoique moins excitante, cette option est finalement moins chère et nous ne perdons pas trop au change !

AH-KUNA-MATATA

L’archipel des San Blas se situe au nord de Panamá City, sur la côte Caribéenne et est constitué d’environ 365 îles, la plupart inhabitées et en grande partie à peine plus grandes qu’un terrain de handball. Le terme d' »îles » semble parfois galvaudé tant il s’agit parfois de minuscules bandes de sable blanc bordées de cocotiers. Certaines sont cependant habitées et rassemblent une communauté un peu à part au sein de la population Panaméenne : les Kunas. Ce n’est pas très très clair mais il semblerait que les Kunas, du fait de leur faible démographie (moins de 1200), de leur insularité et de leurs activités spécifiques (pêche, commerce de coco et tourisme), disposent d’une semi autonomie au sein du pays. Les visiteurs sont d’ailleurs priés de présenter leur passeport avant d’entrer sur leur « territoire ». Mauvaise nouvelle pour les Kunas : ces îles seraient vouées à disparaître d’ici 5 à 10 ans du fait du réchauffement climatique…

CAPITAINE ABANDONNE

Notre cabanon est situé sur l’Isla Iguana. Pas d’iguanes mais quelques cabanes, une dizaine de cocotiers (dangereux !), une eau cristalline et du sable blanc comme jamais. Même comparé à la Martinique nous sommes bluffés par la pureté de ces îles et des plages, cela malgré le ciel souvent couvert et menaçant. Saison des pluies oblige, il a plu presque chaque jour !

Durant ces 3 jours, nous sillonnerons les différentes îles de l’archipel. Sur l’isla Perro, nous aurons la chance de pouvoir nager au dessus d’une épave. Pas de gros poissons mais une super expérience. Sur la plupart des îles, nous alternons bronzette, baignade, escalade de cocotiers (enfin surtout pour Clément !) et barbecues de poissons. Elles sont toutes très jolies, nous ne nous en lasserons pas :-). Entre les îles, notre capitaine, sorte de gros Kuna au visage toujours hilare (qui nous fait penser au chinois de Very Bad Trip) a pour coutume de nous offrir une rasade de rhum local (dont il abuse bien plus que nous). Rituel sympa mais difficile à tenir de 8h à 17h !

Avant de quitter les San Blas, nous ferons un tour sur l’île principale, dénommée Carti, habitée par un bon milliers de Kuna et abritant plusieurs écoles,  un petit dispensaire, une unité de police,… Etonnant de découvrir leur mode de vie « citadin » sur cette minuscule motte de terre !

RETOUR SUR TERRE

De retour à Panamá City, nous profitons des quelques heures avant notre vol pour Medellin pour visiter le Parque Natural Metropolitano, sorte de Central Park en moins classe mais plus sauvage. Nous y croiserons quelques oiseaux et des rongeurs géants mais malheureusement pas de singes !

Nous ferons également une halte au marché aux poissons où Clément se régalera d’un succulent ceviche de poisson, le plat le moins cher et pourtant le meilleur que nous aurons goûté à Panamá !


QUELQUES INFOS PRATIQUES 

  • Se rendre aux îles San Blas :  Nous avons opté pour un ‘tour’, 3 jours/2 nuits incluant le transport, les taxes du port, l’hébergement sur une île,  les repas et les excursions sur les iles. Compter environ 260$/personne en dortoir ou 290$/personne pour une chambre privée.
  • Nourriture sur les îles : Essentiellement à base de riz et de poissons. Les boissons ne sont pas incluses mais le chauffeur s’arrête en chemin dans un centre commercial où il est possible de tout acheter.

Anne-Cha & Clément

6 réflexions sur “Les San Blas

  1. Super! Dommage de ne pas pouvoir voir l’épave sous marine. Aussi pas de mention des tortues, les avez vous croisés en nageant?
    Clément est d’une rougeur effrayante.
    Bonne continuation

    J'aime

    1. Pour l epave, ma gopro m avait lache la veille, ce n etait pas un bateau particulierement beau de son vivant selon moi mais tjrs sympa de voir comment il se transforme en ecosysteme une fois au fond de l eau. pour les tortues, on les a vu depuis un ponton. on avait nage avec plusieurs tortues en Martiniquepar contre. C etait top ! mon dos a bien bronze depuis, la rougeur n etait qu une forme d investissement ! bises a vous 2 !

      J'aime

  2. bravo A CHA et Clement, quel beau voyage ! avec Mamé nous nous régalons de ces beaux paysages, et de vos récits,
    mais pourquoi Clement tient il le cocotier ? lequel des 2 tient l’autre ?
    bonne continuation et bons baisers de Mamé

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s