Puerto Lopez, ses baleines et l’Isla de la Plata

Arrivés en Équateur, et après deux brefs passages à Otavalo puis Quito (destinations sur lesquelles nous reviendrons plus longuement par la suite), nous décidons de faire un crochet vers la côte Pacifique afin de ne pas manquer le passage des baleines près des rivages équatoriens.

Nous avions sacrément envie de les voir ces baleines puisque ce petit crochet représente tout de même une vintaine d’heures de bus A/R ! C’est donc à Puerto Lopez, petit village de pêcheurs avec ses tukstuks, ses routes ensablées et ses quelques agences spécialisées dans le tourisme baleinier que nous posons nos sacs.

LES GALAPAGOS DU PAUVRE

Il est d’usage à Puerto Lopez de coupler une excursion à la recherche des baleines avec une visite de l’île voisine, l’Isla de La Plata, aussi appelée « les Galapagos du pauvre ». L’île doit la première partie de son surnom à ses similitudes avec les îles Galapagos, voisines d’un bon millier de km tout de même. Pour la seconde partie, il y a deux façons de voir les choses : soit considérer que c’est dû au fait qu’il est à peu près 100 fois moins cher de se rendre sur cette dernière plutôt que sur les Galapagos, soit que ce que l’on peut voir sur l’Isla de La Plata fait peut-être un peu pâle figure comparé à la faune et la flore des Galapagos. De notre point de vue, c’est certainement un peu des deux 🙂 !

BALEINES EN VUE

La rencontre avec les baleines a bien eu lieu dans les eaux chaudes de Puerto Lopez où elles viennent se reproduire de Juin à Septembre. La saison étant déclinante, nous en observerons sûrement moins qu’escompté mais nous satisferons tout de même de plusieurs apparitions très proches du bateau ainsi que d’un superbe saut sur le dos, une des spécialités de l’habitante des lieux : la baleine à bosses. N’étant pas suffisamment réactifs sur le déclencheur de l’appareil photo, nous ne parviendrons pas à immortaliser ces moments et il faudra se contenter de photos prises à mi-distance alors que nous « chassions » un spécimen d’environ quinze mètres. Toujours impressionnant de deviner la taille de ses gigantesques bêtes dont le dos ne veut plus finir !

APRÈS LES BALEINES, LES OISEAUX 

Sur l’Isla de La Plata, nous avons eu la chance de découvrir un écosystème certes moins riche qu’aux Galapagos mais foisonnant et très bien conservé. Pendant quelques heures, nous y côtoierons des fous à pattes bleues, des colonies de frégates  (plus d’1m50 d’envergure pour les plus grandes) dont des mâles paradant, la membrane rouge de leur cou gonflée comme jamais. Plus tard, dans l’eau, nous nagerons quelques instants avec plusieurs tortues marines de taille très respectable et des poissons tropicaux colorés.

Comme les Galapagos, il est possible de cotoyer les animaux de l’Isla de La Plata de très très près sans  pour autant les effrayer. Que ce soit les oiseaux ou même les tortues, il nous appartenait de fixer les limites raisonnables en terme d’approche.

ET À PART ÇA ?

Durant ces quelques jours passés à Puerto Lopez, nous avons également eu l’occasion d’assister à l’arrivée des pêcheurs sur la plage le matin et la danse qui s’ensuit pour éviter que le butin de leur pêche ne soit laissé aux oiseaux . Un peu plus loin, nous nous sommes baladés dans le Parc National de Machachilla où une très jolie randonnée conduit via différentes plages désertes à une superbe baie en arc de cercle, celle-ci un rien plus fréquentée mais très agréable. D’ordinaire le soleil n’est pas forcément au rendez-vous en cette période et nous avons été très largement gâtés. Nous ne nous y attendions pas forcement mais ces quelques jours feront office d’« été indien » avant une immersion au long cours en territoire andin. Pas de panique, nous retrouverons les plages dans quelques mois au Brésil ! D’ici là, nous apprendrons à apprécier le froid !


QUELQUES INFOS PRATIQUES

  • Hébergement : On recommande vivement l’hôtel Maxima, 18$/nuit pour une chambre double avec salle de bain privée.  Il y a plusieurs terrasses, hamacs, jardin et cuisine partagée. On était surtout les seuls dans l’auberge pendant 3 jours !
  • Se rendre à Puerto Lopez : La compagnie de bus ‘reina del camino’ effectue le trajet pour 12$/personne en direct depuis Quito. Compter 10h-12h de bus (possibilité de faire le trajet de nuit).
  • Se rendre au parc National de Machachilla : Depuis le terminal de bus de Puerto Lopez, prendre un bus en direction de Manta. Le chauffeur s’arrête devant l’entrée du parc (1$/personne).
  • Le sentier du parc national Machachilla : Impossible de se perdre, le sentier est bien indiqué.  Il faut compter 1h30 de marche pour rejoindre la plage ‘Los frailes‘, avec des stops (quelques miradors et plages).

Anne-Cha & Clément

3 réflexions sur “Puerto Lopez, ses baleines et l’Isla de la Plata

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s