Riobamba et Banos, à l’ombre des volcans

Après 3 petits jours à Cuenca, nous reprenons la route en direction du nord, zone des hauts sommets des Andes Équatoriennes.

BAMBA SUR LES VOLCANS

Notre premier stop sera Riobamba. Si la ville en elle même ne présente pas d’intérêt particulier, elle est idéalement située à moins de 30km des flancs du plus haut sommet d’Équateur et accessoirement, comme l’indique fièrement l’office du tourisme local, le sommet le plus éloigné du centre de la terre. Du haut de ces 6300m, le volcan Chimborazo bat en effet l’Everest de 2 petits kilomètres…

Autant le dire tout de suite, septembre n’est pas la saison idéale pour visiter l’Equateur et l’on ne bénéficiera pas de superbes vues dégagées sur le sommet du volcan (exemple). Ce dernier préférant rester caché sous un chapelet de nuages.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé ! Notre première tentative eu lieu dans le cadre d’une excursion qui nous emmena jusqu’à un premier refuge à 4800m à partir duquel une petite grimpette nous permis d’atteindre un point de vue situé à 5100m. Si l’altitude ne nous a posé aucun problème (nous mettrons moins de 20 min pour monter), la météo se joignit rapidement à la fête. C’est donc sous la neige que nous attaquons la suite de l’excursion : une descente en VTT de 40km jusqu’à Riobamba. La descente s’effectue en grande majorité sur des pistes et des chemins caillouteux rendant l’ensemble assez sportif. D’autant plus que quelques montées viennent pimenter le tout. Une fois l’averse passée, nous découvrons avec plaisir les paysages de la Sierra puis de la campagne locale qui rendent la suite de la descente vraiment agréable ! Le volcan lui restera caché toute la journée.

Comme nous n’en avions pas eu assez, nous reprendrons la route du Chimborazo le lendemain, cette fois par nos propres moyens (bus et stop). Le temps est plus clair ce jour là et nous béneficierons de meilleures vues même si les nuages prédominent. Nous profitons du rythme plus lent qu’offre la marche à pied pour nous intéresser à la faune et la flore locale. Les vigognes, cousins des lamas à l’état sauvage, sont nombreuses dans le coin et nous les observons à loisir le long de notre balade. Une expérience très sympa !

EXTREME LIMITE

Après Riobamba nous nous dirigeons vers Banos, à la frontière entre la cordillère et la zone amazonienne, posée sur le flanc d’un autre volcan actif, le Tungurahua (5023m), dont on ne verra rien d’autre que la base durant ces deux jours.

Banos est situé dans un cadre magnifique, sur un plateau en surplomb du rio Pastaza et s’est forgé la réputation de capitale des sports extrêmes en Équateur. Ayant la déveine d’y atterrir une veille de week-end, nous constatons avec déplaisir que la petite ville est prise d’assaut par des vacanciers de la capitale et que chaque coin de rue grouille de vendeurs proposant des excursions plus ou moins fiables : canyoning, parachute, zipline, etc.

Le temps étant menaçant, nous décidons de ne pas investir dans une excursion et optons pour une balade sensée nous faire découvrir sous un angle différent la fameuse route des cascades qu’il est d’usage d’arpenter à vélo ou via un bus touristique.

Notre sentier, opportunement appelé Sentier des Contrebandiers, longe les flancs d’un canyon du côté opposé à la route standard. Au final, cette petite randonnée nous offrira tout de même son lot de sensations fortes. Tout d’abord, le sentier, endommagé à de nombreux endroits par des glissements de terrain, offre plusieurs passages très vertigineux et incite à la prudence. Après 4h de marche et seulement un tiers de la distance parcourue nous sommes contraints à rebrousser chemin. Un nouveau glissement de terrain a créé une ravine à pic dans la montagne et, au milieu de celle-ci, nous réalisons que le sentier a été emporté sur environ 1m.

Sur les conseils d’un vieux paysan qui nous avait suivi jusqu’ici nous préférons ne pas prendre de risques et repartir en sens inverse. À peine remis de cette déception, un autre événement va venir contrarier notre marche. Un gros serpent vert surgit des buissons et se faufile entre les pieds de Clément qui, par réflexe, lui marche dessus. Plus de peur que de mal car la bestiole s’enfuit au plus vite dans un gros bruissement d’herbes.

Remis de ces émotions, nous nous épargnerons un aller/retour complet en empruntant un télécabine hors d’âge, à l’allure inquiétante, ce qui nous permettra de regagner la civilisation en deux, très longues, minutes, chahutés par le vent au dessus du vide.

La journée se terminera sous la pluie par une visite à la cascade Pailon del Diablo, au débit impressionnant.


QUELQUES INFOS PRATIQUES :

  • Hotels : Dans les deux cas, nous avons profité d’être en basse saison pour négocier les prix. À Riobamba, l’hôtel Tren Dorado pour 17€ (avec salle de bain) et à Banos l’hostel Santa Cruz (recommandé) au même prix.
  • Chimborazo : Nous sommes passés par l’agence Probici pour réaliser notre excursion en VTT. Très bons vélos et protections, le tour dure une journée complète et vaut son tarif (50€/personne). Pour se rendre par ses propres moyens au Chimborazo, prendre un bus direction Guaranda et descendre au bout d’une heure à l’entrée du parc. De là, il est très facile de monter à l’arrière des pickups qui montent au refuge. Idem en sens inverse pour le retour.
  • Sentier des Contrebandiers / Route des Cascades : Le départ du sentier est bien indiqué a la sortie de la ville sur la route de Puyo (1h de marche avant l’entrée). N’ayant pas pu le terminer, nous ne sommes pas sûrs qu’il soit possible de rejoindre Rio Verde et le Pailon Del Diablo via ce sentier. Si c’est le cas, compter au moins 8h de marche.

Anne-Cha & Clément

4 réflexions sur “Riobamba et Banos, à l’ombre des volcans

  1. bonjour ,
    vous nous tenez en haleine avec toutes vos aventures, mais n’en faites pas trop, on va faire des cauchemars et vos parents des cheveux blancs !
    merci pour vos récits, qui nous font voyager en chaise longue, ici l’ete des Indiens s’installe , les températures rafraichissent matin et soir, mais il fait bon dans la journée
    bonnes aventures !
    on vous embrasse Mamé et Elisabeth

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s