Fitz Roy et Perito Moreno, les joyaux de l’Argentine

Suite à notre traversée éprouvante du nord de la Patagonie, nous avions pour projet de nous poser quelques temps, histoire de récupérer des nuits passées dans les transports.
Cela ne sera finalement pas le cas et c’est à grand train que nous découvrirons deux des joyaux naturels de l’Argentine, le Mont Fitz Roy et le glacier Perito Moreno.

L’AMI FITZ
Le Fitz Roy fait partie de ces montagnes emblématiques dont la silhouette atypique a fait le tour du monde. Pas particulièrement haut (3300m), mais tellement vertical (tellement que la neige ne tient pas sur ses pentes). Depuis le bus qui nous conduit jusque la petite ville d’El Chalten, il se détache à plus de 100km de là, tel un rempart dressé entre la steppe rase à l’est et l’immense campo de hielo chilien à l’ouest. A ses cotés, plusieurs autres cimes enneigées dont le Cerro Torre avec son vertigineux sommet en aiguille.

L’ensemble du massif fait partie du parc national Los Glaciares d’où des chemins bien balisés et surtout très propres (pas un seul déchet) permettent en quelques heures de gagner la base de ces deux sommets.
Notre première randonnée nous mène au pied du Fitz Roy. Le sentier (20km A/R) serpente, sans monter, dans des paysages de forêts, vallées, petites lagunes et offre sans discontinuer une vue splendide sur le massif. Le dernier kilomètre nous fait gravir une colline assez raide (+400m) avant d’aboutir à la base du mont et d’y découvrir un lac entièrement gelé (lago de Los Tres).

La seconde sera, elle, consacrée a la chaîne adjacente, dite des Torres, et présentera un profil très similaire à la première (18km A/R), quoique plus plat, avec cette fois, en toile de fond, le cerro Torre et, en guise de final, l’arrivée sur le Lago Torre et le glacier Maestri.

Les sentiers du parc sont généralement très fréquentés mais en rusant un peu (voir Infos Pratiques), nous avons réussi à être quasiment seuls à chaque reprise. Par ailleurs, nous avons bénéficié d’un temps exceptionnel durant notre séjour et avons donc pu profiter au maximum de la beauté des lieux.

En somme, une expérience vraiment magique qui a rendu l’effort vraiment très facile !

PEPITO MORENO
Autre attraction du parc national Los Glaciares, le glacier Perito Moreno, véritable langue de glace bleue qui vient se jeter dans les eaux grises du Lago Argentino. Très impressionnant de par ses dimensions (30km de long, 5km de large et une barrière de glace qui s’élève à 50m en moyenne au dessus de l’eau), le glacier l’est d’autant plus par son activité. Il fait en effet partie des rares glaciers en expansion, cela malgré le réchauffement climatique. Nous avons pu être les modestes témoins de cette activité puisque, lors de notre passage, ce monument national s’est régulièrement fendu d’assourdissants craquements et à vu plusieurs blocs se détacher de sa surface pour retomber dans l’eau dans un tonnement de glace.

Contrairement aux Fitz Roy, nous n’avons pas trouvé ici le moyen d’échapper aux hordes de visiteurs et notre visite (malgré une promesse de « tour alternatif ») s’effectuera dans sa quasi-intégralité selon les règles du tourisme de masse (minibus, arrêt sur les passerelles en bois, etc.).
Outre les 4km de passerelles qui offrent une vue panoramique et permettent de s’approcher « par le haut » des rebords du glacier, nous succomberons également à l’appel du tour en bateau mouche, offrant une vue au plus proche et « par le bas » de la muraille de glace. Vraiment impressionnant de réaliser la taille du front du glacier (50 à 70m) en la mettant en perspective avec les minuscules bateaux croisant ses eaux et avec les, encore plus petites, silhouettes des touristes arpentant sa surface glacée.

Sans aucun doute une merveille de la nature qu’il est normal, en toute logique, de rendre accessible à tous. N’en déplaise aux puristes !

FARMVILLE
La Patagonie argentine n’est pas qu’une zone touristique. La région demeure avant tout une terre d’élevage, lieu d’élection des fameux gauchos. Des deux côtés de la route, s’étendent ainsi des vastes étendues de pampa cerclées de barbelés. Le bétail (ovins, bovins, chevaux) cohabite ici avec des espèces plus sauvages (guanacos, condors et nandous, une sorte d’autruche argentine). A fréquence régulière, on peut y apercevoir des estancias aux couleurs vives (pour être repérées de loin par les avions courriers) qui servent d’abri aux gauchos durant les longues traversées de leurs propriétés. Nous ferons une brève correspondance dans l’une d’entre elles, le temps d’admirer le paysage, de s’exercer à un petit jeu d’adresse local et, pour Anne-Charlotte, de se voir confier la tâche de nourrir un chevreau !


QUELQUES INFOS PRATIQUES :

  • Change : avec le système du Blue Dollar, nous avons échangé nos dollars au taux de 14,8 à El Calafate. Les tarifs indiqués par la suite sont donc basés sur ce taux.
  • El Calafate et El Chalten : Les deux villes n’ont pas vraiment d’intérêt. Il est possible d’y changer des dollars et des pesos Chiliens mais à des taux bien moins avantageux que ceux de Buenos Aires. L’accès Internet y est chaotique.
  • Hébergement : les hôtels et hostels sont chers dans ces coins reculés. Nous avons fini par dénicher deux chambres au rapport qualité-prix correct vis à vis de la concurrence. À El Calafate, l’hotel Los dos Pinos, un cabanon tout équipé partagé entre deux petites chambres (21€/nuit). À El Chalten, l’hôtel Arcos de Iris, proche du terminal, un cabanon entièrement aménagé (30€/nuit), avec frigo et bouilloire.
  • Restaurants : nous avons uniquement testé le restaurant Fonda Del Parilleira à El Calafate (bonnes viandes pour 6-7€ par pers). Pour le reste, nous nous sommes substentés de pâtes et de (mauvais) pique-niques. Faire ses courses à El Calafate plutôt qu’a El Chalten permet d’économiser un peu sur le budget nourriture.
  • Transports : 3 compagnies proposent le trajet entre les deux villes à 8h, 13h et 18h30. Compter 20€ aller.
  • Glacier : tous les tours sont extraordinairement chers. En particulier ceux proposant des excursions sur la surface du glacier. Nous nous sommes contentés d’une « sortie basique » avec l’agence de l’hostel Los Glaciares (40€/pers + 16€ d’entrée + 16€ de bateau).
  • Sentiers Fitz Roy et Cerro Torre : plusieurs sentiers sont proposés, la plupart à la journée (voir carte). Nous avons pu réaliser les deux petits allant aux Miradors (1h max mais vues tops) et les deux principaux allant aux pieds du Fitz Roy et du Cerro Torre (a ne pas manquer, respectivement 6-8h et 4-6h pour 20km chacun). Partir tôt pour éviter la foule : en partant vers 6h nous avons bénéficié de superbes vues (lever de soleil) et n’avons croisé que 2-3 personnes sur les chemins allers.
Carte el Chalten
Carte el Chalten

Anne-Cha & Clément

3 réflexions sur “Fitz Roy et Perito Moreno, les joyaux de l’Argentine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s