Le Nordeste colonial : Salvador et Sao Luis

Nous poursuivons notre découverte du nord-est brésilien et après une escapade nature aux Lencois, c’est vers Salvador de Bahia que nous nous dirigeons. Grande ville de presque 3 millions d’habitants, Salvador est le berceau de la culture afro brésilienne et est également réputée pour son centre historique datant de l’époque coloniale. La ville bénéficie également d’une localisation de rêve, baignant au dessus des eaux claires de la Baie de Tous les Saints, mais n’ayant que peu de temps à lui accorder, nous nous sommes exclusivement concentrés sur ses charmes culturels.

LA ROME NOIRE

Si Salvador a hérité de ce surnom flatteur, c’est en grande partie pour ses nombreuses églises. On en dénombrerait plus de 365 (une par jour de l’année). Nous n’aurons pas le loisir d’en visiter autant (heureusement !), nous restreignant à celles contenues entre les limites du centre historique, agréablement nommé Pelourinho (le pilori).

Parmi celles qui retiendront notre attention, celle de Sao Francisco avec son cloître recouvert d’Azulejos et son intérieur richement décoré et la Nossa Senhora do Rosarios Dos Pretos dont les deux clochers bleus pastels constituent un point de référence incontournable du centre ville. Entre deux églises, nous déambulons au sein de ruelles inégalement rénovées et dont les couleurs vives nous rappellent les collines de Valparaíso. Autre symbole du centre ville, l’ascenseur art deco de Lacerda permettant de rejoindre la ville basse, réputée mal famée mais qui a l’avantage de donner sur la mer.

OUT OF AFRICA

Au XVIIIeme siècle, Salvador était peuplée à plus de 80% d’esclaves noirs. Cet héritage est largement visible en se promenant aujourd’hui dans les rues du centre mais également dans la vibrante culture locale. L’art de rue, la nourriture, la musique, bref, l’âme de la ville s’agite aux rythmes noir africains. Nous retrouvons ainsi les mamas en habit traditionnel de Carthagene qui font mine de vendre des fruits pour mieux vivre du racket des touristes paparazzis et, fait nouveau, des capoeiristes animant de leurs danses les petites places pavées de la ville.

Pour bénéficier d’une expérience plus authentique, il faut guetter le son des percussions et espérer tomber sur les fameux Olodum martelant leurs symphonies jusqu’à l’épuisement. Nous remettrons même le couvert en soirée et assisterons à l’excellent spectacle du Balle Folclorico Da Bahia dont les 5 actes donnent un aperçu très complet de la culture artistique locale.

BAHIA BANLIEUES

Au delà du centre ville Nous rendrons une visite au phare de Barra bordé de plages aux eaux turquoises (une surprise en plein coeur d’une ville de 2,7M d’habitants) et dont le premier étage abrite un intéressant musée naval.

L’igreja de Bomfim, au nord du centre est un autre lieu d’importance de la ville puisqu’elle attire chaque année des millions de fidèles. Nous ne la visiterons pas (mieux vaut y aller le vendredi) mais son influence spirituelle se retrouve partout au travers de célèbres petits bracelets de toile assortis d’ex votos. Une tradition devenue si célèbre que ces petits bracelets sont devenus l’un des emblèmes de la ville et s’étalent sur d’innombrables portes, rambardes et poignets. Sympa et plutôt joli.

LA FRANCE EQUINOXIALE

Avant Salvador et même avant notre excursion aux Lencois, nous posions pied dans une autre grande ville coloniale brésilienne, Sao Luis. Un temps considérée comme une des plus importantes du Brésil elle est depuis retombée dans l’oubli mais garde en son centre de nombreux vestiges de sa splendeur passée. Contrairement à Salvador qui bénéficie de l’aide de l’UNESCO depuis plus de 20ans, Sao Luis n’a entamé son renouvellement qu’il y’a peu, comme en témoigne l’aspect décati de la plupart des bâtiments du centre.

Il faut donc ouvrir l’œil pour en repérer la beauté et c’est en ce sens que nous avons constitué ce petit panorama de fenêtres, toutes issues de bâtiments coloniaux plus ou moins abandonnés.

Anecdote amusante : avant d’être reprise par nos voisins à moustaches, Sao Luis avait été fondée par les Français dans le but d’en faire la capitale de la « France Équinoxiale ». Vaste programme 😉 !


QUELQUES INFOS PRATIQUES :

  • Sécurité : le centre historique de Salvador est largement patrouillé par la police. Au delà, la ville semble être peu sûre. Les ravages de la drogue ont ghettoïsé certains quartiers et il est indispensable de garder ses précautions de jour comme de nuit. Idem pour Sao Luis bien que le nombre restreint de touristes doit limiter l’appétit des voleurs.
  • Hébergements : en voyageant à 4, nous avons changé de dimension au niveau des hébergements et l’on remercie bien les parents de Clément pour cela. Les Pousadas de Sao Luis et Salvador étaient tout simplement exceptionnelles ! Dans des vieilles demeures coloniales, décorées avec goût et disposant, pour Salvador, d’une vue sur la baie, c’était le grand luxe pour un prix au final très raisonnable. D’autant plus que cela incluait le petit déjeuner qui dans le cas de Salvador était tout simplement imbattable ! Infos : Casa Lavina à Sao Luis et Pousada Boqueirao à Salvador. Environ 25€/nuit/personne.
  • Musées Sao Luis : pas mal de petits musées sympas. S’il ne devrait en rester qu’un ce serait la Casa Do Maranho dont nous avons assisté à l’inauguration. Le musée donne un excellent apercu du folklore local. Dommage que ce ne soit disponible qu’en Portugais.
  • Bar/restaurants à Sao Luis : le centre ville compte quelques bars et restos mais si vous souhaitez faire comme les locaux, prenez un taxi (10€) pour le quartier de la plage où les établissements branchés s’empilent sur le sable façon Playa Del Carmen. La spécialité locale est la Carne Do Sol !
  • Phare de Barra : une escapade sympa pour changer du centre ville de Salvador est le quartier du phare de Barra. Les plages attenantes sont superbes et l’on s’y rend facilement en taxi (8€).
  • Spectacle Salvador : pour une immersion d’une heure dans l’effervescente scène musicale Bahianaise, on vous recommande vivement d’assister au Balle Folclorico Da Bahia : Mêlant chants, danses et costumes, on en sort forcément sous le charme. Tous les soirs à 20h près du Largo Pelourinho, compter 12€/pers.

Anne-Cha & Clément

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s