Camiguin, « l’île née du feu »

Située dans la province de Mindanao, au sud de l’archipel, l’île de Camiguin est, à l’instar d’Hawaï, d’origine volcanique. De cette ascendance magmatique, elle a hérité un relief escarpé avec pas moins de dix volcans sur 200km2, des plages de sable noir et plusieurs sources thermales, ce qui en fait une destination de choix pour les amateurs d’aventures à l’écart des sentiers battus. Nous y serons restés trois jours mais n’avons pu réellement profiter que de deux, la pluie s’étant invitée tout au long de notre dernière journée.

UN PETIT PARFUM D’AVENTURE

Rejoindre Camiguin n’est pas une mince affaire. Côté air, un minuscule coucou à hélice décolle une fois par jour de Cebu City pour rejoindre l’île. Côté mer, un ferry quotidien part de l’île de Mindanao, régulièrement agitée par des tensions religieuses (l’île est musulmane alors que le reste du pays est catholique) et un autre navire rallie trois fois par semaine Camiguin en provenance du nord et de l’île de Bohol. C’est d’ailleurs à ce cargo rouillé que nous devons un de nos meilleurs souvenirs sur l’île, Anne-Charlotte repérant un aileron sur le trajet aussitôt suivi du spectacle fugace et inoubliable de deux orques sautant au dessus des flots.

50 NUANCES DE VERT

Les passionnés de botanique trouveront leur bonheur sur Camiguin. Partout une végétation luxuriante composée de palmes, de fleurs sauvages, d’herbes vivaces s’élevant dans les hauteurs en une jungle impénétrable. L’eau y est également très présente : majestueuses cascades créant des brèches dans les pitons rocheux, bassins d’eau claire réchauffés par l’activité souterraine, ruisseaux s’écoulant dans les rizières, etc.

Une route (presque la seule) encercle l’île traversant les petits villages parsemant la côte, longeant les cultures de riz et d’arbres fruitiers et offrant de jolis points de vue sur cette nature sauvage.

EASY RIDER

Une fois n’est pas coutume, nous avons privilégié une solution motorisée. C’est donc sur deux scooters à la couleur douteuse que nous découvrons l’île, la parcourant d’est en ouest dès notre premier jour.

Au delà des paysages nous avons apprécié le contact avec la population locale, pas si habituée au tourisme, et prenant a chaque reprise le temps de nous saluer de grands gestes avant de retourner s’affairer sur leur engin, leur cultures où leurs animaux quand ils ne sont pas réunis autour d’un karaoké ou d’un panier de basket, les deux loisirs nationaux. Encore une démonstration de la sympathie et de la gentillesse désintéressée des Philippins.

LE GRAND BLEU

Le littoral de Camiguin vaut également le détour ! A commencer par le fameux Sunken Cemetary, un cimetière englouti à l’occasion d’une énième coulée de lave et accueillant désormais une multitude de coraux et de poisson. Une grande croix blanche au milieu de l’eau marque l’emplacement du site que nous explorerons avec nos masques et tubas. Plus beaucoup de stigmates de l’ancien cimetière hormis quelques croix mais une vie marine époustouflante. Nous n’avons jamais vu une telle variété de corail et tomberons même sur quelques bénitiers géants.

À quelques encablures de l’île, deux petits ilots de sable blanc font l’objet d’une excursion agréable pour les blasés du sable noir. Le plus petit d’entre eux, White Island, n’est qu’une bande de sable fin entourée d’un récif. Malheureusement pour nous, nous avions prévu de le visiter pour notre dernier jour et cette idée est, littéralement, tombée à l’eau ;-). Il y’aurait eu encore beaucoup à faire, entre plongée, canyoning et trekking sur les pics volcaniques mais la météo nous a contraint à réviser nos plans !

Bref, une destination sans prétention mais dont le charme opère rapidement pour peu qu’on apprécie la nature et le contact avec la population locale.


QUELQUES INFO PRATIQUES

  • Se rendre à Camiguin : Plusieurs possibilités selon l’île de départ. Il y a 1 vol par jour (tôt le matin) avec Cebu Pacific depuis Cebu, compter 30€/personne. Le lundi, mercredi et vendredi, Camiguin est aussi desservie par un ferry depuis/vers Bohol (port de Jagna) pour 8,5€/personne et 3h de trajet. Sinon il y a des ferrys réguliers vers l’île de Mindanao (45 minutes de trajet)
  • Hébergement : nous avons séjourné à Pabua’s Cottage à Yumbing (situé à quelques kilomètres de Mambajo) pour 15€/nuit avec sdb privée et grande terrasse.
    Restaurants : Pas beaucoup de possibilités aux alentours ! Nous avons donc testé les brochettes dans la rue, CheckPoint (les portions servies sont généralement pour deux) et Luna’s (très bonne pizza).
  • Scooter : Compter 6€/jour pour la location d’un scooter. À chaque coin de rue, on vous en propose un !
  • Transports en commun : des jeepneys circulent autour de l’île à intervalle réguliers. Une bonne alternative pour ne pas avoir à louer des scooters tous les jours.
  • Sources chaudes : les Hitok-Hitok Ardent Hot Spring coûtent à 0,6€/personne. Il ne faut pas s’attendre à des bains très chauds, mais l’espace est grand et il n’y a pas grand monde.
  • Points d’intérêt : ci-dessous une carte de l’île très bien faite qui recense les principaux points d’intérêt.

MAPhi

Anne-Cha & Clément

4 réflexions sur “Camiguin, « l’île née du feu »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s