Les éléphants (sauvages) de Khao Yai

Après notre relative déception dans la jungle laotienne, nous avons retenté l’expérience, cette fois ci en Thaïlande, et avec un franc succès !
Qui dit Thaïlande dit forcément davantage de touristes (à Nam Ha nous n’avions pas croisé de blancs pendant 3 jours donc difficile de faire mieux…!) mais le fait d’être dans un pays plus développé assure également une meilleure préservation des espaces naturels. Et sur ce point, le parc naturel de Khao Yai, bien que situé non loin de Bangkok (4h en bus), tient la dragée haute à tout ce que nous avons pu voir en Asie du Sud-Est jusqu’à présent (exception faite de Komodo).

ÉLEPHANT MAN

Nous avions plusieurs fois hésité à visiter des « fermes aux éléphants » au Laos puis en Thaïlande et avions même été à deux doigts de craquer pour celle de Lampang près de Chiang Mai. Finalement nous avions choisi de privilégier la piste Sumatra ou l’expérience devrait (?) être plus authentique. Grand bien nous en a fait puisque nos premiers pachydermes rencontrés sur le continent asiatique auront été des spécimens (complètement) sauvages !

Khao Yai compte plus de 200 individus, circulant dans le parc en toute liberté et empruntant même des portions de route dans le cadre de leurs circuits migratoires. La probabilité d’en apercevoir en passant une journée sur place (en 4×4) est d’environ une sur trois donc autant vous dire que quand notre guide à reçu un appel des rangers lui indiquant qu’un spécimen avait été aperçu à quelques km de là, nous n’avons pas hésité à chambouler le programme de la journée.

Malgré leur grande taille, les éléphants sont assez discrets et se fondent admirablement bien dans la forêt. Il nous faudra de longues minutes avant de localiser l’animal, pourtant tout proche !
Une fois repéré, l’agitation dans notre pick-up est naturellement montée d’un cran, ce qui a eu le don d’irriter notre nouvel ami. Voir un éléphant surgir brusquement de la jungle et avancer d’un air furieux dans notre direction fera certainement partie des souvenirs marquants de notre voyage. Une fois calmée, nous avons eu le loisir d’observer la bête – un grand mâle – déambuler sur la route quelques minutes avant de regagner la forêt.

Les attaques d’éléphants font chaque année des milliers de victimes, y compris dans le parc et il nous aura fallu observer la réaction catastrophée de notre guide lorsque l’un de nos camarades descendit brièvement de la voiture pour réellement comprendre la distance qui sépare les éléphants sauvages de leurs homologues domestiqués.
Puisque la chance était de notre côté, nous apercevrons brièvement un deuxième mâle sur le chemin du retour. La nuit étant presque tombée, nous n’avons pu faire qu’une seule bonne photo !

A PART CA

Outre les éléphants, nous avons eu le loisir d’observer d’autres espèces intéressantes lors de nos 1,5 jours passés dans le parc. Nous croiserons ainsi un crocodile du Siam, plusieurs hornbills (sorte de Toucans assez imposants), les presque familiers serpents, araignées, singes, buffles et daims ainsi qu’une spectaculaire colonie de chauve-souris (plus de 3 millions) sortant au couchant pour se nourrir dans un tourbillon infernal (qui durera finalement près de 20 minutes).

Parmi nos favoris, les gibbons, qui ne sont pas des singes mais des grands singes ou hominoïdes (à l’instar des gorilles ou des chimpanzés) et qui passent le plus clair de leur temps dans les arbres, se balançant de branches en branches. Ces derniers étant souvent perchés en hauteur, c’est via le télescope de notre guide que nous les observerons le mieux, assistant même aux premiers balancements d’un petit gibbon.

Une petite vidéo du premier éléphant pour finir !


 

QUELQUES INFOS PRATIQUES 

  • Se rendre au parc : la porte d’entrée du marc national Khao Yai est la ville de Pak Chong, facilement accessible en train ou en bus depuis Bangkok (bus toutes les 30min depuis la gare de Mochit, 2,5€). De là, il faut encore parcourir une vingtaine de kilomètres pour rejoindre l’entrée du parc puis 15 autres jusqu’au centre des visiteurs. Des camions bleus sont sensé assurer la liaison Pak Chong – Centre des visiteurs mais nous n’en avons pas croisé…
  • Hébergement : nous n’avons pas séjourné dans le parc mais à proximité de Pak Chong dans la Guesthouse Greenleaf, très bien (7,5€ par nuit, sdb privée, eau froide seulement) mais victime de son succès et donc très fréquentée ! Il est également possible de dormir dans le parc (tente / bungalow), les rangers du visitor Center peuvent conseiller à cet effet.
  • Excursion : nous sommes passé par la Guesthouse pour organiser nos excursions dans le parc. Ils proposent un package assez intéressant sur 1,5 jour : la première demi journée est consacrée à l’exploration de grottes et d’observation de chauve souris ainsi qu’une, dispensable, visite de piscines naturelles. La journée complète inclut de nombreuses heures d’exploration sur route, à la recherche des animaux, une randonnée de 2h et un passage par des chutes d’eau. La priorité est donnée à d’observation des animaux au détriment du programme, ce qui nous a bien plu ! Le package ne coûte que 38€ par personne et inclut les repas et les entrées du parc. À ce prix la, il aurait été dommage de s’en priver ! À noter qu’il est aussi possible de visiter le parc par soi même, moyennant la location d’un véhicule et l’acquittement des 10€ de droit d’entrée. Voir carte pour les points d’intérêt.

Anne-Cha & Clément

3 réflexions sur “Les éléphants (sauvages) de Khao Yai

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s