Le Sud du Cambodge : Koh Ta Kiev et Kampot

Après notre visite des temples d’Angkor, nous filons en direction du Sud du Cambodge. Nous faisons halte à Kampot et Koh Ta Kiev. C’est l’occasion de peaufiner notre bronzage 😉 !

EN MODE ROBINSONS A KOH TA KIEV

Le sud du Cambodge étant lui aussi victime du tourisme de masse, nous mettrons quelques temps avant de s’accorder sur une destination. Notre souhait ? Une île sauvage, peu de touristes, des plages de sable blanc, de l’eau turquoise, etc. En posant nos pieds sur Koh Ta Kiev, nous comprenons que nous avons visé juste ! L’île est encore très largement vierge de constructions et seulement quelques plages sont peu à peu investies par des cabanons de bois ou des hippies occidentaux viennent passer quelques jours/semaines/mois loin de tout et hors du temps. Nous logerons à Coral Beach, la plus « populaire » de ces communautés où la dizaine de clients cohabite avec d’autres voyageurs (des « staffs ») qui sont logés, nourris, blanchis (et très largement abreuvés) en échange de menus services (comme par exemple servir des bières …).

Notre cabane, composée d’un lit et d’un balcon perché en hauteur est complètement ouverte sur la mer (pas de porte ou de fenêtre !), et c’est un vrai plaisir que de pouvoir se baigner à quelques mètres de sa chambre, ou mieux, de regarder le soleil de coucher sur l’eau tout en étant étendu sur son lit.

Rien de luxueux cependant ! L’eau douce est distribuée avec parcimonie (elle arrive en bidon du continent), il n’y a ni robinet, ni chasse d’eau, ni wifi ou connexion téléphonique et l’électricité est uniquement accessible le soir depuis le bar. Ça tombe bien, nous recherchions un peu de calme :-). En revanche, tout est fait pour que les visiteurs se sentent bien, entre petites cabanes douillettes aménagées dans les arbres, sièges se balançant au dessus des flots, musique lounge et délicieux cocktails à moitié prix en début de soirée.

SURVIVOR !

Biberonnés par Man vs Wild et Koh Lanta, nous avons profité de ces quelques jours sur cette île (presque) déserte pour appliquer les principes fondamentaux de la survie en territoire hostile :

  • Trouver un point d’eau : cela a été facile, le bar était aménagé dans un grand arbre donnant au dessus de l’eau à quelques mètres de notre cabane !
  • Se nourrir : nous savions que les repas pouvaient être chers sur une île aussi isolée où les clients n’ont pas d’autres choix que de manger sur place (pas de restaurants ni même de boutiques sur Koh Ta Tiev). Nous avions donc prévu quelques provisions (nouilles chinoises principalement) et cela a bien servi nos finances !
  • Se repérer : nous avons emprunté des petits sentiers dans la jungle afin de rejoindre Last Point et Kaktus, des plages au nord-est de Coral Beach. Pour ne pas se perdre, des panneaux de bois nous indiquent la direction à suivre… Nous ferons tout de même quelques détours !
  • Réguler sa température interne : nous nous sommes baignés à tout heure de la journée, de 8h du matin à tard le soir. L’eau y est vraiment très très chaude (température approuvée par Anne-Charlotte !).
  • Dompter la faune locale : ce ne fut pas facile mais nous sommes parvenus à apprivoiser un félin cambodgien qui ronronnait sur notre balcon.
  • Faire connaissance avec les autochtones : Lors de notre excursion dans la jungle, nous avons eu l’occasion de visiter deux autres communautés similaires à celle de Coral Beach (quoique plus réduites) et pouvons donc affirmer que le Hippie constitue sans nul doute l’espèce dominante du coin.
  • Graver les jours qui passent sur un tronc : nous n’avons pas jugé cela utile mais avons profité de ces journées pour lire paisiblement nos derniers bouquins (faute de trouver mieux, Clément lit et relit Berlin Alexanderplatz depuis un bon moment !).
  • Préparer son évasion : notre savoir-faire nous a permis de construire un radeau et le faire flotter, le résultat est plutôt bluffant (cf photo) … Nous nous y sommes beaucoup amusés 🙂 !

Bref nous survivrons sans trop de peine à ces 2 jours très agréables avant d’être secourus par le bateau taxi et de retrouver l’agitation du continent.

KAMPOT, CA DEPOTE !

Avant d’être confrontés aux affres de la survie sur Koh Ta Kiev, nous passerons une demie journée à Kampot, ville fluviale réputée pour son poivre. Cela nous laissera tout juste le temps d’y découvrir le (petit) centre ville, de marcher le long de la rivière, plutôt bien aménagée, et d’assister au coucher du soleil lors d’une croisière en bateau. Nous ne ferons pas le déplacement jusqu’aux plantations voisines mais y goûterons un plat traditionnel cambodgien, du  « bœuf Lok Lak« , justement accompagné du fameux poivre. C’était vraiment délicieux ! Nous serions bien restés une journée de plus pour découvrir en vélo la campagne environnante dont les marais salants et le parc national Bokor, mais nos jours sont maintenant comptés !


QUELQUES INFOS PRATIQUES

  • De Siem Reap à Phnom Penh : nous avons opté pour la très confortable compagnie Giant Ibis, 7h de trajet pour 14€/personne. Anne-Charlotte n’a pas trouvé les couchettes si confortables au regard de la différence de prix avec les autres compagnies (5€ en + pour Giant Ibis). Si c’était à refaire, nous en prendrions une autre moins chère.
  • De Phnom Penh à Kampot : Plusieurs compagnies partent vers 8h du matin de la capitale. Compter 5h de trajet (en passant par Kep) pour 7€/personne.
  • De Kampot à Sihanouk Ville : Compter 5h de trajet pour 4,5€/personne. Le mini van vient vous chercher directement à votre hôtel.
  • Koh Ta Kiev, Coral Beach : les cabanes donnant directement sur la mer coûtent 23€ avec un lit rond, vraiment géant. La salle de bain est partagée (eau douce pour la douche). Coral Beach propose des petits déjeuner à 3,60€, des déjeuners à 5,30€ et des dîners à 6,30€. Les portions sont généreuses et les plats proposés sortent de l’ordinaire ! La cuisinière est française. Si comme nous, vous voulez réduire les coûts, vous pouvez demander de l’eau chaude (0,40€) et ramenez votre propre café, thé, nouille,… C’est ce que nous avons fait pour le midi ! L’endroit est vraiment sympa, avec des hamacs, balançoires, … Happy hour de 17:30 à 18:30 (2 cocktails pour 3,5€). Le seul point noir est le staff, des voyageurs qui « travaillent » en échange de la nourriture & de l’hébergement. Concrètement, ils ne font pas grands choses (puisqu’ils sont une bonne dizaine) à part rester au bar, beaucoup parler et donner des ordres aux khmers. Dommage !
  • Accéder à Koh Ta Kiev : le bateau de Coral Beach part à 11h depuis Otres 1 (9km de Sihanouk Ville). Compter 12€/personne pour 1h de trajet. Le retour se fait à 9h00.
  • Hébergement à Kampot : nous avons séjourné à Ta Eng Guesthouse. Les propriétaires parlent un peu français et sont sympas. La chambre double avec sdb privée (et ventilateur) coûte 7,20€.

Anne-Cha & Clément

2 réflexions sur “Le Sud du Cambodge : Koh Ta Kiev et Kampot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s