Brasses volcaniques sur le lac Toba

Longtemps, le lac Toba fut une étape incontournable sur les sentiers touristiques d’Asie du Sud-Est. Du temps de sa grandeur, des full moon parties étaient organisées chaque mois et l’on se pressait en masse pour se baigner dans ses eaux superbes, réchauffées par l’activité volcanique. Depuis, le 11 septembre et les attentats de Bali sont passés par là et le lac, comme Sumatra la musulmane ont peu à peu été oubliés par les visiteurs…. mais pas par nous puisque le lac constituera notre seconde étape indonésienne et la première en compagnie de Fabrice qui nous accompagnera dans nos dernières semaines de voyage.
D’après les atlas, le lac Toba est le plus grand d’Asie du Sud-Est mais il faut noter qu’une bonne partie de sa surface est occupée par l’île de Samosir qui constituera notre point de base pour explorer les environs … sous une météo changeante !

SCOOT TOUJOURS

La découverte de Samosir se prête bien à une virée en scooter. Nous visiterons la côte est de l’île entre deux averses et profiterons de beaux panoramas sur le lac et les collines embrumées qui le bordent. Toujours un peu échaudés par notre accident survenu il y a deux ans sur l’île de Flores (aussi en Indo), nous roulons à une allure tranquille – la route étant passablement abîmée par endroit – tandis que Fabrice adopte un style de conduite plus casse-cou et multiplie les pointes de vitesse avec plus ou moins de réussite.

Durant cette balade, qui n’est pas sans nous rappeler celle de Camiguin, nous en apprendrons un peu plus sur les Bataks, l’ethnie majoritaire de la région. Les maisons traditionnelles constituent la principale signature de l’architecture locale. Avec leurs toits s’allongeant vers l’avant, elles se repèrent de loin et restent encore largement employées bien que la chaume y cède progressivement sa place à la tôle. Les Bataks forment l’une des rares ethnies chrétiennes d’Indonésie aussi l’on retrouve nombre d’églises et de monuments funéraires où le style chrétien classique se mixe avec le style caractéristique Batak. L’île compte également quelques musées et sites archéologiques mais qui, comme souvent en Indonésie, ne valent pas le déplacement.

JOE LES MAUVAIS TUYAUX

Au grand désespoir de Fabrice qui aurait bien poursuivi l’expérience en scooter, nous profiterons d’une journée ensoleillée pour rallier le « continent » en transports en commun avec pour objectif le sommet d’un petit volcan offrant une vue d’ensemble sur le lac. Sur les conseils de Joe, un aubergiste borgne rencontré la veille, nous nous lançons à l’assaut d’un sentier débutant derrière des sources chaudes.

L’ascension débute difficilement et nous sommes gratifiés d’une bonne demi-heure d’escalade au milieu de pierriers instables dans les vapeurs de soufre. Cet obstacle passé, nous empruntons un peu au hasard un chemin qui nous mène 1 heure durant à travers la forêt jusqu’à des plantations de café où une meute de jeunes chiens très excités nous force à rebrousser chemin. Nous profiterons un peu de la (belle) vue avant de redescendre,  maudissant notre ami l’aubergiste qui n’aura pas été suffisamment précis dans ses indications. Mais bon, c’est aussi cette incertitude permanente qui fait le charme de l’Indonésie !

Avant de regagner notre Guesthouse, nous ferons un tour au marché de Pangururan. Nous sommes mercredi et toute l’île s’y est donné rendez-vous dans une ambiance bruyante, grouillante et odorante et au final bien plus authentique que tout ce que nous avons eu l’occasion de voir en Asie jusqu’à présent. Comme d’habitude nous sommes chaleureusement accueillis et le faible nombre de touristes dans la région semble donner un sacré coup de boost à notre côte de popularité !

LAC PLACIDE

Si nous avons apprécié découvrir l’île de Samosir et ses paysages, le principal attrait du Lac Toba reste le lac en lui même. Nos chambres avec balcon donnent directement sur l’eau et nous en profiterons pour nous y baigner chaque jour et y prendre des repas avec vue.

À chaque reprise, le lac s’y dévoile sous un jour nouveau : noyé dans une brume épaisse et réchauffant nos corps lors de notre arrivée pluvieuse, portant loin vers l’horizon avec ses eaux rafraîchissantes scintillant après notre journée « randonnée », incroyablement lisse et réfléchissant la clarté du soleil levant lors de notre départ en ferry, …

Jusqu’à présent notre itinéraire avait souvent privilégié les bords de mer mais il faut reconnaître que la vie au lac peut être tout aussi agréable… surtout sous le soleil Indonésien !

 


QUELQUES INFOS PRATIQUES :

  • Medan : étape incontournable pour qui voyage à Sumatra, le peu que nous avons vu de la 4ème ville d’Indonésie ne nous aura pas charmé. Nous nous sommes logés chez Wisata Angel Guesthouse (8€/nuit) et n’en garderons pas un souvenir impérissable.
  • Transports vers le lac Toba : notre Guesthouse de Medan nous a proposé un transfert par mini-van qui nous évitait de devoir traverser Medan pour rejoindre la gare de bus. Finalement nous aurons le Van pour nous seuls, bonne surprise. Compter 7€/personne et 3h30 de route jusqu’à Parapat. De là des ferrys desservent régulièrement différents points de Samosir et en particulier de Tuktuk. Compter 1,5€ pour un transfert direct jusqu’à votre Guesthouse.
  • Se loger à Samosir : la ville de Tuktuk reste la meilleure option pour séjourner à Samosir. Nous avions sélectionné une Guesthouse un peu à l’écart de la ville dont les bungalows à deux étages donnaient directement sur le lac. Un très bon choix : Mas Cottages, 8€ par nuit pour une chambre double avec sdb privée, eau chaude et balcon surplombant le lac.
  • Manger : nous avons testé trois restaurants, tous assez corrects : celui de la Guesthouse, Joe – à 50m sur la route de Tuktuk, Reggae Bar en périphérie de Tuktuk en longeant la route avec le lac sur sa droite.
  • Scooters : nous avons loué trois 125 directement auprès de la Guesthouse. Compter 6€/jour, plein d’essence inclus.
  • Transports publics sur Samosir : de nombreux bus parcourent l’axe Tomok – Pangururan. Pour récupérer cette route depuis Tuktuk, il faut longer le lac sur quelques soit vers Tomok soit vers Ambarita. Les bus sont peu chers (<1€). Pour les trajets non desservis par les bus (par exemple jusqu’aux sources chaudes), on trouve facilement des becak (Tuktuk Indo).

Anne-Cha & Clément

Une réflexion sur “Brasses volcaniques sur le lac Toba

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s