Leh et ses environs

Nous reprenons la route pour 3 semaines et cette fois ci en direction de l’Inde du Nord et plus précisément au Ladakh, région montagneuse traversée par la chaîne de l’Himalaya et coincée entre la Chine et  le Pakistan.

LEH

L’épicentre economico-touristique ladakhi est la petite ville de Leh, oasis de verdure au milieu d’un désert d’altitude parsemé de bases militaire. Lorsque l’on débarquer d’un avion à 3500m d’altitude, il est conseillé de prendre quelques jours pour s’acclimater et de ne pas trop en faire.

Notre auberge étant située en périphérie de la ville, presqu’un coin de campagne, nous passerons donc nos premières heures à admirer la vue sur les sommets enneigés depuis la terrasse, à nous promener dans les petites rues du quartier entourées de pommiers et d’abricotiers et à planifier la suite de notre séjour.

Une fois rassurés sur notre souffle et nos capacités à supporter l’altitude, nous partons à la découverte de la ville qui se révélera finalement assez agréable.

Organisée autour d’une artère commerçante (main bazaar), l’urbanisme a parfois des petits airs de Kaboul et la circulation, la poussière, les ânes et les chiens peuvent se révéler oppressants. Mais la ville recèle aussi des richesses : des german bakery délicieuses, des stands de thé qui servent notamment du jus d’abricot, des jardins cachés derrière les murs de terre et même un très sympathique temple bouddhiste Chokhang.

Mais les aspects les plus intéressants de Leh sont à aller chercher un peu plus loin… Accrochés sur la montagne surplombant le centre, le monastère et le Palais Royal offrent une superbe vue sur la région et une bonne introduction à l’architecture Ladakhi et donnent l’occasion d’une petite grimpette, idéale pour s’acclimater. Plus loin, la Stupa Shanti est un bon spot pour le coucher de soleil et, par temps clair, offre un panorama imprenable sur la vallée de l’Indus et la chaîne de montagne faisant face à Leh.

ALCHI, LIKIR ET LAMAYURU

Nous prenons ensuite la route pour une virée de deux jours à l’ouest de Leh. Sur notre chemin, les monastères d’Alchi et Likir.

Le premier nous plaira beaucoup, même s’il est de facture récente, avec sa silhouette bien affirmée perchée sur une colline et les champs de moutarde qui le bordent. Nous y passons au moment d’une répétition de chant par des enfants de l’école monastique, très amusant !

Le second est le plus ancien de la région et est davantage réputé pour ses fresques que pour son architecture – à plat. Nous ne sommes pas de grands connaisseurs de la culture bouddhiste et avons donc eu un peu plus de mal à nous extasier devant ces peintures – qui datent tout de même du XIeme siècle.

La route qui poursuit vers le petit village de Lamayuru est splendide et souvent vertigineuse quand elle serpente dans des gorges à flanc de montagne. Juste avant d’arriver à Lamayuru, le paysage prend des formes et des couleurs surréalistes. Les locaux appellent ça Moonland et ce n’est pas volé !

Le village de Lamayuru est très paisible et vaut surtout pour son monastère, encastré dans la montagne et s’enroulant presque autour des cheminées de fées caractéristiques des environs. Du haut du monastère, un court chemin mène à un chörten qui offre une vue panoramique sur les environs. A ne pas manquer !

Nous avons bien apprécié l’ambiance de ce hameau et si nous n’avons exploré la campagne environnante que sur quelques km, il y’a sûrement des opportunités de balades très sympathiques.

 

THIKSEY, CHEMREY ET HEMIS

Après un intermède sportif, nous repartons à la découverte de la vallée de l’Indus et nous nous concentrons cette fois ci sur les monastères de Thiksey, Chemrey et Hemis, situés à l’est de Leh.

Nous découvrons le premier alors qu’il accueille une des fameuses conférences du Dalaï-Lama. La cour est noire de monde, tous les moines bouddhistes de la région ayant été conviés ! Nous repasserons donc plus tard, au calme, et prendrons le temps d’admirer ses nombreuses fresques, toutes très colorées et imagées et dans lesquels nous nous amuserons à retrouver les représentations des animaux croisés durant notre trek. Une fois en bas, on admire son architecture monumentale qui évoque celle du grand potala de Lhassa.

Hemis est coincé dans une gorge et est donc difficile à repérer de loin. On le découvre petit à petit en s’approchant par la route qui . Il date du XVIIe siècle et dispose d’une cour avec de très beaux balcons en bois sculptés. Les couleurs y sont très vives pour notre plus grand plaisir. Tout autour du monastère, on peut admirer quelques très jolies maisons traditionnelles.

Le monastère de Chemrey se dresse tout en haut d’une colline dans le creux d’une vallée voisine difficile d’accès ce qui le rend bien moins fréquenté. Le village entourant le monastère est quasi désertique mais la masse blanche de ces maisons Ladhaki croulantes s’amoncellant jusqu’au pied des murs du monastère est une vision assez saisissante. Faute de touristes, la visite n’est pas bien guidée et l’on met du temps à trouver les quelques points d’intérêt. Les salles y sont assez sombres et sentent fort le beurre a bougie. L’une d’elle se targue d’une fresque comptant près de 1000 bouddhas de couleur. La descente par le village fantôme jusqu’à la route filant dans les champs de moutarde restera un très bon souvenir de voyage.


QUELQUES INFOS PRATIQUES

  • Se rendre à Leh : plusieurs options sont possibles dont deux jours de bus. Nous avons préféré prendre l’avion depuis Delhi avec la compagnie GoAir, afin d’optimiser les trajets. Compter 1h10 d’avion pour 100€ AR.
  • De l’aéroport de Leh vers le quartier de Sankra : le taxi prepaid de l’aéroport est à 4€, 15 minutes de trajet.
  • Leh : Guesthouse : nous avons séjourné chez SilverCloud dans une chambre double à l’étage avec salle de bain privée. L’auberge dispose d’un grand jardin et d’une petite vue sur la montagne. Compter environ 25€/nuit. Ils proposent des dîners pour 3,5€/personne (nous avons été plutôt déçus). Restaurants  : Nous avons testé Himalayan Café sur la grande rue et Tibetan Kitchen. Les momos (beignets fourrés) sont excellents dans chacun d’eux (~1,30/1,50€).
  • Lamayuru : le bus en direction de Kargil s’arrêtent à Leh (2/jour). Compter 3€ et entre 5 à 6h de trajet. Sinon prendre un taxi qui s’arrêtera aussi aux monastères de Alchi et Likir (75€). La Guesthouse Dragon Hôtel propose des chambres doubles avec salle de bain commune pour 10€/nuit. La cuisine y est aussi très bonne ! 
  • Visiter Chemrey et Hemis : les taxis sont à 30€ pour combiner les deux monastères.

Anne-Cha & Clément

2 réflexions sur “Leh et ses environs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s