Rajasthan express : New Delhi, Agra et Fatehpur Sikri

Disposant de quelques jours avant notre retour en France,  nous en profitons pour explorer quelques sites phares de la région de New Delhi. Au programme : Agra, son Taj Mahal et le fort rouge,  la « cité perdue » de Fatehpur Sikri et enfin le centre historique de Delhi. De belles découvertes  (architectures, cuisine, soleil radieux et très peu de touristes) mais aussi quelques déconvenues (du bruit et de l’agitation partout tout le temps, un vrai choc après le calme Ladakhi, et en  complément le climat oppressant créé par les locaux dans les rues et les transports en commun).

AGRA : LE TAJ ET LE FORT ROUGE

Épicentre touristique indien par excellence, la ville d’Agra nous a paru plutôt désertée en cette période de mousson. Au delà des fortifications du Taj Mahal et du fort rouge, chiens, chèvres,  vaches, singes et tuk-tuks se disputent les rues dans un chaos indescriptible. Nous arpenterons plusieurs fois ces rues à la recherche d’une agence pour acheter des billets de train et regretterons bien de ne pas s’y être pris à l’avance…

Heureusement, une fois au cœur des enceintes, l’agitation retombe enfin. Levés à l’aube pour admirer le soleil se lever sur le Taj, nous arrivons devant les portes du site vers 5h30. Il y a un peu de queue mais rien de méchant (à noter que durant toute la journée, plus personne ne fait la queue.. il faut croire que les gens aiment se lever tôt !). Comme pour le Machu Pichu ou les temples d’Angkor, l’image du Taj Mahal est tellement familière que nous n’avons presque pas été étonnés de voir le monument de marbre blanc se refléter dans les bassins dans la lumière matinale. C’est tout de même très  beau, presque « aérien » dans la façon qu’à son bulbe de paraître flotter dans les airs. Nous sommes par ailleurs chanceux car la météo est de notre côté et le ciel est totalement dégagé. Seul bémol, l’un des minarets et une partie de la structure sont dissimulés derrière de grandes bâches de plastique vert, pas très esthétique…

Selon le guide, le Taj aurait été construit entre 1631 et 1648  par 20.000 artisans et serait dédié à l’amour perdu de l’empereur Shah Jahan pour sa 3ème compagne Mumtaz Mahal. En pénétrant à l’intérieur du mausolée (finalement beaucoup plus petit que ce que l’extérieur ne peut laisser paraître), on retrouve bien les tombeaux des deux tourtereaux.

Outre le Taj qui est intégralement construit en marbre blanc, le site abrite également plusieurs bâtiments de grès rouge plus typiques de la région, dont deux mosquées, situées de part et d’autre du mausolée et un immense portail destiné à dissimuler la vue du Taj aux visiteurs. Les jardins où vit une faune et une flore exotique sont également très agréables, notamment du fait des nombreux bassins dans lesquels les différents monuments viennent se refléter. Un véritable Oasis de paix et de tranquillité (en basse saison).

Si le Taj Mahal est dédié à célébrer l’amour, le Fort Rouge d’Agra donne, lui, un aperçu de la puissance de l’empire Moghol qui dominait l’Inde au XVIIème siècle. Derrière ses remparts de grès rouge et ses nombreuses tours d’armes, il renferme une enfilade de palais, qui, sans atteindre la grâce des courbes du Taj Mahal, sont tous très bien conservés et renferment des sculptures et motifs tout à fait incroyable. Avec plus de 10 palais au programme, visiter intégralement le Fort Rouge constitue un petit exploit physique, la chaleur et l’absence d’indications ou de carte n’aidant pas beaucoup  ;-).

FATEHPUR SIKRI – LA CITE PERDUE

A quelques kilomètres d’Agra, un bus bondé nous conduit péniblement au pied de l’ancienne cité de Fatehpur Sikri. Cette dernière fut bâtie en 1572 pour devenir la nouvelle capitale de l’empire mais fut finalement très rapidement abandonnée en raison de l’assèchement de la nappe phréatique voisine. Une partie de la ville est tombée en ruine mais les palais et demeures impériales, perchées sur leur rocher, domine toujours la campagne environnante.

Nous commençons la visite par la Grande Mosquée Jama Masjid, dont les locaux semblent avoir fait leur lieu de vie principal et que nous trouverons tout deux vraiment impressionnante avec ses briques de grès rouge (encore) et ses imposants portails. Un tunnel souterrain partant de la mosquée relierait le Fort Rouge, 38km plus loin. Nous ne tenterons pas l’expérience !

En poursuivant notre chemin, nous arrivons enfin dans la citadelle de Fatehpur et sommes encore une fois très agréablement surpris par la beauté architecturale du site et l’absence de visiteurs. Les monuments du site se caractérisent par leur syncrétisme. En effet, s’ils sont principalement inspirés par la tradition musulmane, on y trouve de nombreuses traces d’art hindou mais aussi … chrétien !

Par rapport au fort rouge, les bâtiments délaissent le marbre pour assumer complètement le parti du grès rouge et traduisent une influence baroque beaucoup plus marquée. Ça et là on remarque des fantaisies architecturales:  des piliers très décorés, des palais sur différents étages, un échiquier géant, des sculptures en forme de trompe d’éléphants, …

Même si nous passerons une nuit à Fatehpur, les contraintes des bus nous empêcheront de profiter de la campagne environnante qui, pour une fois dans cette partie de l’Inde, nous paraissait relativement sauvage et propice à une balade. Une prochaine fois !

ALLERS/RETOURS A DELHI

Capitale administrative, financière et culturelle de l’Inde, Delhi ne nous aura pas fait forte impression. Tout commence dans les différentes gares / trains au départ ou à destination de Delhi. Notre absence complète de planification nous a obligé à abandonner les trains de touristes pour d’autres, beaucoup plus lents et beaucoup moins confort dans lesquels la cohabitation avec les indiens n’a pas toujours été facile ! Entre les trains, nous avons souvent du attendre de longues heures dans les gares où le flux de voyageurs, les sollicitations incessantes des mendiants et les regards insistants de certains indiens nous ont fait trouver le temps long…

Une fois à Delhi, c’est l’enfer des Tuk-tuks qui démarre. La quasi-totalité d’entre eux refuse (une arnaque connue) de nous conduire à notre hôtel sous prétexte qu’il aurait brûlé ou serait fermé. Nous sommes habitués et l’acceptons avec humour les premières fois. Mais au bout de 20 minutes, la blague devient fatigante et le crédit accordé aux locaux épuisé. Bref quelques anecdotes parmi d’autres qui nous auront fait regretter notre Ladakh et qui auront confirmé que ce l’Inde est vraiment un pays à part.

Si notre hôtel situé dans le quartier « routard » de Pahar Ganj était correct, que dire des environs ? Les rues sont noires de monde et l’on a du mal à s’entendre et à circuler dans ce vacarme de brouhaha, de cri de bêtes et de klaxons. On comprend mieux pourquoi les restaurants se trouvent souvent sur les toits !

Nous partirons également à la découverte d’Old Delhi dont les monuments ne sont finalement pas vraiment intéressants et qui ne se prête là encore pas du tout à la circulation à pied (c’est presque pire vu que beaucoup de rues sont boueuses). Parmi les quelques monuments visités, la Mosquée Jama Masjid, assez joli mais quelle galère pour y rentrer ! et le marché aux épices qui permet de se déboucher un peu les narines de la puanteur ambiante.

Le tableau dressé est assez sombre mais c’est aussi que nous n’avions que très peu de temps sur place et donc ni la possibilité ni l’envie de s’imprégner véritablement de la culture indienne. Après le Ladakh que nous avions adoré, nous souhaitions profiter de ces quelques jours pour une visite rapide des principaux points d’intérêt. Mais le nord de l’Inde n’est pas vraiment fait pour les voyageurs qui recherchent une beauté rapide et facile et c’est pourquoi nous avons été un peu déçus par certains aspects.


QUELQUES INFOS PRATIQUES 

  • Rejoindre Delhi depuis l’aéroport : le métro vous amène directement dans le centre de Delhi (New Delhi Railway Station) d’où il est aisé de se rendre en tuktuk aux différentes gares (Saraï Rohilla pour nous) ou vers votre hôtel (enfin si on vous laisse vous y rendre 😉 ).
  • Delhi – dormir : nous avions élu domicile au Cottage Ganga Inn, au cœur du quartier Pahar Ganj. Les environs sont assez crasseux (chiens morts dans la cour) et l’hôtel manque de charme mais fait le boulot dans le sens où  il est propre. Personnel en mode Zombie. Compter une quinzaine d’euro par nuit.
  • Delhi – manger : nous avons bien aimé les plats du restaurant Everest Kitchen, à deux pas de notre hôtel. Le restaurant est au 4ème étage et cela permet de prendre un peu de hauteur vis a vis de l’agitation de la rue. Proche de la mosquée Jamid, le restaurant Karim est vraiment délicieux. tout est bon et pas cher !  nous avons adoré !
  • Delhi – Transport : il est très difficile voire quasiment impossible de réserver les billets de train sur Internet. Il faut donc passer par une agence de voyage qui le fera pour vous (on déconseille de tenter directement à la gare). Essayer de le faire suffisamment à l’avance au risque de vous retrouver comme nous obligé de prendre les trains les plus lents et positionné à des horaires peu convénients. Nous avons voyagé en Sleeper Class, ce qui est le bon choix si vous aimez les odeurs de pied.
  • Delhi – Visiter :  Il faut le savoir, circuler à pied dans Delhi est un véritable enfer et l’on ne se fera plus avoir ;-). Même si c’est cher, mieux vaut prendre un tuktuk qui vous conduira partout où vous souhaitez aller. Une fois dans le véhicule, le bordel ambulant peut paraître presque pittoresque !
  • Agra – dormir : il faut le savoir, la ville d’Agra n’a absolument aucun intérêt autre que les sites touristiques qu’elle abrite. Peu importe ou vous choisirez votre hôtel donc puisqu’il y’a peu de chance que les environs soient agréables. Nous avions élu domicile au Sheela Inn, à 10 minutes à pied du Taj pour optimiser le trajet à l’aube. Correct mais sans plus !
  • Agra – Visite du Taj Mahal : nous étions en basse saison (fin août) et n’avons pas rencontré la foule attendue au niveau sur le site. Lors de notre passage, le pic de fréquentation de la journée se situait entre 5h30 et 7h du matin. Tout le reste de la journée, il n’y avait pas un chat dans la queue. A noter que les jeux de reflets dans les bassins semblent ne fonctionner qu’au petit matin.
  • Agra – manger : dans ce capharnaüm qu’est Taj Ganj (le quartier du Taj), une oasis bienvenue : Joney’s. Nourriture extra et prix imbattables ! On recommande vivement.
  • Trajet Agra – Fathepur Sikri : Depuis la gare routière d’Agra (Idgah bus stand), des bus fréquents gagnent la ville de Fathepur en 1h30 (pour 38km..). Les bus sont souvent bondés.
  • Dormir à Fatehpur Sikri : la ville étant située dans la « campagne », le logement y est beaucoup plus sympathique et aéré. Nous avons bien apprécié le  Goverdhan Tourist Complex, sorte de Motel construit autour d’un grand jardin. Les chambres sont basiques mais agréables, avec pour certaines un balcon. Nous avons pris tous nos repas là bas et c’était plutôt bon !

AnneCha & Clément

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s